Syndrome de l’essuie-glace et déficits posturo-dynamiques, le couple maudit

Fred Brigaud – Ultramag

Le syndrome de l’essuie-glace se traduit par l’apparition d’une douleur au niveau de la bandelette ilio-tibiale (Tenseur du Fascia Lata), compartiment externe du genou. Un syndrome qui ne concerne pas seulement le coureur à pied mais qui touche de nombreuses disciplines sportives comme nous l’évoquerons. On impute généralement l’apparition de ce syndrome à une augmentation trop rapide du volume d’entrainement, à l’utilisation de chaussures inadaptées ou usagées,… ou encore à un changement de type de terrain. Un syndrome aux causes multiples, dont les déficits posturo-dynamiques, que nous proposons d’analyser ici.

Une question de tension

En position debout  l’intensité avec laquelle les tensions parcourent la jambe, et notamment la bandelette ilio-tibiale, varie en fonction de la posture que l’on adopte ; plus précisément en fonction de l’orientation des différents segments[1] qui composent la jambe en appui, tant en statique qu’en dynamique. Phénomène qui provient d’un défaut technique[2] de prise et de conduite d’appui, et d’une absence de neutralité du pied et de la jambe qui se sont automatisés. Continue reading “Syndrome de l’essuie-glace et déficits posturo-dynamiques, le couple maudit”

Trail, vélo et Vtt l’idéale trilogie !

Fred Brigaud | Ultramag | Oct. 2017

Le vélo dans la pratique du Trail, Utile ou Superflu ?  Regards croisés sur cet outil qu’est le vélo ; Germain Grangier, Marion Maneglia, Etienne Loisel et Camille Verrier, tous coureurs avant-pied, partagent leur expérience, leur ressenti sur l’apport du vélo de route et du VTT dans la pratique du Trail.

Volume et récupération – Germain Grangier

’Le vélo est un outil de volume ou de récupération. Il permet de continuer à s’entrainer en limitant le stress mécanique que l’on applique au système ostéo-articulaire.’’ nous explique-t-il. Ainsi le lendemain d’une sortie Trail il peut enchainer avec 5h de vélo en étant moins dans la souffrance. Il effectue des sorties de 2h (au maximum 4h30) une à deux fois par semaine selon son planning, à une vitesse de 30km/h sur le plat sans se mettre dans le rouge. ‘’Je suis sous le premier seuil ventilatoire, aux alentours de 155 de pulsation me concernant’’.

Continue reading “Trail, vélo et Vtt l’idéale trilogie !”

L’esthétique du Trail

Fred Brigaud / Ultramag.fr 

Depuis notre naissance nous observons consciemment et inconsciemment le comportement des objets et des corps soumis à la gravité. Nous décryptons et analysons chaque mouvement et faisons la différence entre le geste fluide et efficace et le geste inadapté, sans avoir besoin pour cela de pratiquer la discipline sportive à la perfection. Ugo Richard, photographe depuis 1999, athlète de haut niveau en Canoë Kayak de 93 à 98, revient sur l’esthétique du geste et son parcours atypique.

Du sport de haut niveau à la photo, un itinéraire inattendu

Continue reading “L’esthétique du Trail”

Conférence “Faut-il apprendre à courir ? Le débat des experts” – Grenoble

Participants par ordre alphabétique

  • Frédéric Brigaud, Ostéopathe DO, conférencier, auteur ”Guide de la foulée”, Concepteur des principes posturo-dynamiques d’Empilement Articulaire Dynamique™.
  • Blaise Dubois, BSc pht, Diplômé physiothérapie du sport, anciennement Consultant pour Athlétisme Canada.
  • Cyrille Gindre, Docteur en sciences du sport, conférencier, auteur, Co-fondateur de Volodalen.
  • Solarberg SéhelAuteur “Courir Léger”.

 


  • Accueil : à partir de 19h30
  • Amphithéâtre Louis Weil, Domaine Universitaire
    701 Avenue Centrale, 38400 Saint Martin d’Hères, Grenoble
  • Capacité 500 personnes
  • Organisateur/contact/inscriptions : Florent Allier: allierflorent@yahoo.fr

Continue reading “Conférence “Faut-il apprendre à courir ? Le débat des experts” – Grenoble”

Salon UTMB 2017 Vibram five fingers

Retrouvons-nous lors du Salon de l’UTMB à Chamonix sur le stand Vibram Five fingers & Inov-8 pour échanger, partager et débattre autour du pied et de la chaussure du quotidien à la pratique du Trail  du mardi 29 août (14h) au vendredi 1er septembre 2017 (12h).


Avec différents évènements dont:

  • Un ‘’Community run biomécanique & technique’’ le mardi 29 août à 18h devant le stand Inov-8 sur le salon Ultra Trail. Au programme, conseils techniques, biomécaniques, et partage d’expériences avec des athlètes du Team Inov-8 Germain Grangier, Sébastien Cornette,Nicky Spinks et moi-même en qualité de consultant. Profitez de cette occasion pour tester les Trail roc 270, Trail talon 250 et X-talon 212 et différents modèles de Five Fingers.
  • Un mini concert acoustique avec Germain Grangier & Julien Jorro jeudi sur le salon de l’UTMB à 13h.

L’entrée est gratuite pour tous ! Continue reading “Salon UTMB 2017 Vibram five fingers”

Plus vite, plus fort, plus haut – Entretien au sommet du Toubkal avec Rachid El Morabity

Ultramag – Fred Brigaud

COURSE À PIED – TECHNIQUE | PROGRESSER TECHNIQUEMENT POUR BATTRE SES RECORDS EN TRAIL

LE MAROCAIN RACHID EL MORABITY EST CONNU POUR SES 5 VICTOIRES SUR LE MARATHON DES SABLES, MAIS AU-DELÀ DE CETTE SUPRÉMATIE DANS LE DÉSERT, L’HOMME DE 35 ANS MÛ PAR LE PLAISIR PROGRESSE SUR LES TRAILS DE MONTAGNE GRÂCE À SON TRAVAIL TECHNIQUE.

Nous nous trouvons à Armed , un petit village de montagne (1954m d’altitude) situé à 50min de Marrakech en voiture et 16km à pied du sommet du Toubkal. Un sommet qui culmine à 4167m d’altitude, le plus haut sommet du Maroc, que nous contemplons depuis la terrasse de l’auberge où nous logeons. Nous prévoyons d’en faire l’ascension le lendemain matin. C’est aux alentours de 19h30 que Rachid arrive en courant de la station de l’Oukaimeden (2600m d’altitude) où il séjourne depuis maintenant 20 jours au chalet du CAF dans le cadre de sa préparation à la CCC© (101km, 6100m D+), Continue reading “Plus vite, plus fort, plus haut – Entretien au sommet du Toubkal avec Rachid El Morabity”

Courir dans le sable – Entretien Magazine Tonic

Magazine Tonic – Juillet/Août 2017
Entretien réalisé par Georgia Diaz

Run on the beach Pieds nus ou en baskets ? Sur sable dur ou sable mou ? À faible ou vive allure ? Comment et en quoi courir sur la plage peut-il être bénéfique ?

À la plage, il y a deux sortes de sable : le sable mou et le sable dur (celui du bord de l’eau). Selon que vous courez sur l’un ou sur l’autre, le travail musculaire est différent. Pour effectuer un travail de préparation physique général, sans autre objectif que celui de renforcer son organisme, mieux vaut privilégier la course « pieds nus sur sable dur, à faible allure, 6 ou 7 km/h, mais avec une cadence élevée ». Pieds nus, la surface étant souple, pour travailler sur la qualité de ses prises d’appui, « par l’avant-pied », et ainsi renforcer les mollets. Mais aussi « mobiliser l’ensemble des pièces osseuses qui composent l’architecture du pied et ainsi l’assouplir, renforcer les muscles intrinsèques, améliorer sa stabilité […] et développer une course autocentrée, en pleine conscience » …

Tester et passer à une prise d’appui avant-pied !
Plan d’entrainement simplifié

Complément n°2 à Corriger le pied sans semelle

Téléchargez le complément n°2 à l’ouvrage “Corriger le pied sans semelle”, intitulé “Comprendre le pied pour mieux choisir ses chaussures et l’importance des orteils”  http://bit.ly/telcomplement2 

  1. Le mécanisme de torsion chez le félin domestique
  2. Comprendre le pied pour mieux choisir ses chaussures
    – La technologie est-elle en nous ou dans la chaussure ?
    – Les différents mécanismes et leur importance
    – Comment tester la chaussure
    – Passer d’une chaussure rigide et amortissante à une chaussure souple et sans amorti
  3. La place des orteils dans la marche et la course
    – Visualiser les effets de l’extension du premier orteil
    – Ressentir la mise en tension au fur et à mesure que le talon se soulève
    – Ressentir le phénomène en marchant sur place
    – Déroulement du pas et mouvement des orteils.
    – Pour aller plus loin, la cybernétique au service de la voûte plantaire, un système autorégulé

Continue reading “Complément n°2 à Corriger le pied sans semelle”

L’impact des défauts de posture

Magazine Joggeur n°27 – Par Frédéric Brigaud

Ces invisibles qui nous gouvernent !

Percevoir l’impact d’un défaut de posture ou de course que nous avons automatisé est peut-être la chose la plus difficile, illusionnés par la fluidité de nos automatismes et l’inconfort que génère tout changement. Nous sommes à même de percevoir l’apparition d’une pression soudaine et inattendue sur notre peau alors que nous ne décelons plus la montre que l’on porte au poignet. La pression qu’elle exerce sur notre peau et ses déplacements dans nos gestes usuels font partie de nous et ne sont plus détectés, sauf si ceux-ci devaient évoluer de façon inhabituelle. Dans un processus d’habituation, les lentes évolutions, ou parfois brutales suite à une entorse par exemple, de notre posture et de nos gestes s’inscrivent en nous, nous métamorphosent et deviennent imperceptibles, qu’elles soient plus ou moins efficaces ou coûteuses énergétiquement en raison des compensations qu’elles génèrent.

Continue reading “L’impact des défauts de posture”

411 jours pour récupérer d’une rupture complète de l’aponévrose plantaire et courir le marathon de Paris en 3h31’57’’

Lors du salon du running de Paris de 2016, Stéphane m’annonce qu’il s’est rompu totalement l’aponévrose plantaire ; il se déplace alors avec des béquilles, le pied droit dans une botte. Cela ne semble pas l’affecter outre mesure, son seul regret étant de ne pas pouvoir courir le marathon qui a lieu le lendemain… Une année s’écoule, nous sommes le 8 avril 2017. Alors que le salon du running bat son plein, Stéphane vient à ma rencontre avec un large sourire, mais cette fois-ci sans béquilles ni botte. Il prévoit de courir le marathon pour le plaisir et le parcourra en 3h31’57’’. Mais qu’a-t-il entrepris durant plus d’une année pour courir de nouveau un marathon après une telle blessure ? C’est autour d’un café à Sanary trois mois après le marathon, alors qu’il court comme avant, voire mieux, que nous nous retrouvons pour retracer ce long parcours, ses 411 jours !

Continue reading “411 jours pour récupérer d’une rupture complète de l’aponévrose plantaire et courir le marathon de Paris en 3h31’57’’”