MIRA RAI, L’ULTRA-TRAILEUSE NÉPALAISE À LA DÉMARCHE AVANT-PIED DOUCE ET FEUTRÉE

Par Frédéric Brigaud.- Frédéric Brigaud, Ultramag.fr, Juin 2015

TECHNIQUE – COURSE À PIED | DÉCRYPTAGE D’UNE FOULÉE AVANT-PIED
MIRA RAI, NÉPALAISE, ÂGÉE DE 24 ANS, A RÉCEMMENT REMPORTÉ LES 80KM DU MARATHON DU MONT-BLANC (JUIN 2015). SON SIGNE PARTICULIER, COURIR ET MARCHER AVANT-PIED ! UNE RENCONTRE AU PIED DE L’AIGUILLE DU MIDI AU-DESSUS DE CHAMONIX AUTOUR DE DEUX CHOCOLATS CHAUDS ET D’UN CAFÉ. PEUT-ÊTRE EST-CE LÀ QUE RÉSIDE LE SECRET DE SON DYNAMISME ?! RETOUR SUR LA FOULÉE D’UNE TRAILEUSE.

Une démarche différente

En marchant en direction du téléphérique de l’Aiguille en compagnie de Mira Rai et de Dawa Dachhiri Sherpa, je suis alors interpellé, probablement inconsciemment au départ, par le bruit que font les pas de Mira et l’élasticité de sa démarche, donnant l’impression  qu’elle est montée sur des ressorts. Le bruit de ses pas est très différent des autres coureurs, nettement plus doux, feutré, amorti. En portant un regard un peu plus attentif sur le déroulé de son pas je constate qu’elle attaque le sol par l’avant-pied, suivi d’une descente du talon jusqu’à ce qu’il vienne effleurer le sol. Je me permets de lui demander si cette démarche est intentionnelle.  Elle regarde alors ses pieds avant de se retourner vers moi pour me dire qu’elle n’avait jamais fait attention à sa démarche et surtout qu’elle ne savait pas qu’elle marchait ainsi! Afin d’éclaircir ce mystère nous lui demandons de nous retracer son parcours pour essayer de comprendre ce qui aurait pu l’amener à déployer une telle démarche.

L’influence du milieu

Mira a vécu pieds nus jusqu’à l’âge de 12/13 ans, se déplaçant ainsi sans chaussures d’un village à l’autre ou tout simplement pour parcourir le sien. Elle nous raconte également qu’enfant, depuis l’âge de 10 ans et probablement même avant, elle participait à l’approvisionnement du village (nourriture, eau, herbe pour le bétail,…) en se rendant une fois par semaine à un ‘’marché’’ situé à 5 heures de marche de là où elle vivait. Une marche en montagne, pieds nus, sur un sentier technique en pierre avec pas moins de 2000 mètres de dénivelé positif et un portage fluctuant entre 10 et 15kg. 5 heures de marche à l’aller, 5 heures de marche au retour. Je ne sais pas si vous avez déjà marché pieds nus sur un terrain technique en pierre en montagne mais, si ce n’est pas le cas, je vous invite à  essayer. Il est très probable que vous chercherez consciemment ou non à ne pas poser le talon en premier au sol et encore plus si vous portez un sac à dos de 15 kilos ! Et ce, que ce soit sur du plat, en montée ou en descente.

Une philosophie de course

La vie rude du Népal, les longs Treks hebdomadaires, les sentiers techniques, l’absence de chaussures, la pratique du karaté, la nécessité d’agir, …ou encore l’absence de soins tels qu’ils peuvent être prodigués en Europe l’ont amené à développer une maitrise et une connaissance du fonctionnement de son corps dans l’effort, forgeant son mental. On y retrouve la philosophie de course de Dawa où la victoire n’est qu’une conséquence. Durant la course elle est à l’écoute de son corps et reste en accord avec ses capacités du moment, en accord avec son corps, elle garde toujours une marge de manœuvre suffisante. Elle sait ainsi ne pas se « flamber », sachant quand accélérer et quand ralentir. Courir et se gérer sont un plaisir. C’est ainsi que lors du 80km elle n’a accéléré qu’en fin de parcours sentant qu’elle en avait sous le pied.

Retour aux sources

Nous profitons du sentier de la traversée du Plan de l’Aiguille pour courir quelques instants pieds nus, passant de la terre à la roche, du gravier à l’herbe, tout en traversant quelques petits ruisseaux. Nous savourons tout le plaisir de courir pieds nus, percevant de nouveau la nature du terrain que nous foulons ; la souplesse, la dureté ou l’élasticité du sol, son humidité, sa chaleur… influençant directement nos prises d’appui, dynamisant notre foulée. Des sensations qui s’ajoutent à celles de la course. Lorsque Mira court pieds nus on ne l’entend pas prendre appui ! La journée que nous passons ensemble confirmera qu’en toutes occasions elle ne marche qu’avec une prise d’appui avant-pied.

Du karaté au Trail

A l’image de Dawa elle a pratiqué le karaté jusqu’à obtenir la ceinture marron. Son maître l’encouragea à courir, remarquant certaines qualités dans cette discipline à l’âge de 18/19 ans. Aimant courir, elle a participé à de nombreuses courses au Népal où elle a été repérée par Richard Boull. La suite de l’histoire, elle est en train de la tracer !

Pour aller plus loin :

Lire l’article sur Ultramag.fr