Cristiano Ronaldo, la meilleure façon de courir

Slate.fr – Entretien réalisé par Yannick Cochennec
Entretien donné suite à la parution du dossier “Le football se joue avec les bras”, Ultramag mai/juin 2014
12 janvier 2015

Extrait 
…Les bras du Portugais au moins aussi importants que ses pieds? C’est ce que pense également Frédéric Brigaud, ostéopathe, biomécanicien français qui travaille auprès d’athlètes de haut niveau et qui fera paraître deux livres dans les semaines à venir autour des problématiques du pied et de la foulée. «Le football se joue aussi avec les bras, ce que l’on a parfois tendance à oublier, et Cristiano Ronaldo le sait mieux que les autres, dit-il. Le lien qu’il a notamment créé entre le haut et le bas de son corps est rare, voire unique dans le football.» Ce lien si particulier pourrait se définir de la sorte selon Frédéric Brigaud: «Quand nous sommes en position de déséquilibre ou au point de nous casser la figure, nos bras servent à tenter de corriger ou d’amortir le déséquilibre qui est en train d’apparaître au niveau du bas du corps, eh bien Ronaldo va au-delà, précise-t-il. Il utilise son haut du corps non pas pour rétablir un déséquilibre, mais pour augmenter son équilibre et modifier ses appuis

Il transforme une situation instable en un point d’ancrage qui lui permet de faire la différence. Il est difficile de savoir si c’est un mécanisme qu’il a compris instinctivement ou qui lui a été enseigné, même si Frédéric Brigaud, à la vue de certains exercices du Portugais à l’entraînement, estime qu’il a probablement conscience «du devoir de travailler cette connexion entre le haut et bas».

De manière intéressante, le biomécanicien note que Zinedine Zidane, contrairement à Cristiano Ronaldo, ne possédait pas de son côté une connexion haut/bas active. «Dans les dribbles, ses mouvements du haut du corps et des bras étaient majoritairement passifs, explique-t-il. Ses bras se balançaient involontairement au rythme des contraintes, limitant par conséquent la vitesse d’exécution et pouvant être déstabilisants. C’est pourquoi, en dépit du niveau technique qu’il possédait et qui lui a permis de surclasser bon nombre de joueurs, on peut supposer qu’il avait encore une marge de progression importante.» Qu’il soit en ligne droite ou obligé de contourner un adversaire, qu’il ait le ballon ou pas, Cristiano Ronaldo est, lui, sur un fil tendu dont il tombe rarement, sauf parfois pour quelques simulacres qui lui sont reprochés.

En fait, Ronaldo, c’est aussi la feinte à tous les étages grâce à l’utilisation de ses bras et de son buste qui lui permet de tromper ses adversaires au-delà de la vitesse impulsée grâce à ce haut du corps parfaitement synchronisé. «Il a une dissociation buste-bassin qui est conséquente, remarque Frédéric Brigaud.Lorsqu’il tourne le buste vers la droite, son adversaire pense qu’il part de ce côté-là alors qu’il est train d’armer son corps pour partir à l’opposé. Il combine ensuite le pivotement du buste vers la gauche à la détente de la jambe droite développant ainsi plus de puissance et accélérant sa gestuelle.»
…..

Pour aller plus loin :

Lire l’article complet sur Slate.fr