VOS CHAUSSURES ONT DU RESSORT (OU PAS)

Frédéric Brigaud, Février 2016, Ultramag.fr

TEST – CHAUSSURE | TROIS TESTS POUR JUGER DU DYNAMISME D’UNE PAIRE DE RUNNINGS
DANS LA SÉRIE DES TESTS DE CHAUSSURES À FAIRE VOUS-MÊME, VOICI UN PROCÉDÉ POUR JUGER DU DYNAMISME ET DE L’EFFET REBOND D’UNE PAIRE DE CHAUSSURES DE RUNNING.

Vos chaussures ont-elles vraiment du ressort ? Les marques mettent souvent en avant le dynamisme, la relance dont vous bénéficierez si vous chaussez leur modèle. On peut lire des phrases de cet ordre « la semelle emmagasine puis libère l’énergie à chaque foulée ». Vous avez même pu voir certaines publicités où l’on présente l’effet ressort d’une semelle en laissant tomber une boule sur la matière dont elle est composée et constater que celle-ci rebondit nettement plus que sur une semelle classique ! Laissant entendre que vous allez bénéficier de cet effet ressort. Alors puisqu’elles dynamisent notre foulée, autant essayer !

Nous vous proposons pour cela un premier test qui vous donnera les moyens de comparer facilement les différents modèles que vous avez en votre possession. Un test qu’il vous sera possible de reproduire également en magasin.

Nous vous proposons de les tester ainsi, sur une surface dure de type carrelage :

  1. Pieds nus, effectuez une trentaine de bondissements sur place à une fréquence de 180 ppm (pas par minute). Utilisez un métronome pour vous assurer de reproduire une cadence identique à chaque test (http://www.metronome-en-ligne.com/simple/ ). Le dynamisme de vos appuis pieds nus sera votre référentiel à partir duquel vous évaluerez « l’effet ressort » de vos différentes chaussures. Vous serez alors à même de déterminer si les chaussures dynamisent vos appuis ou au contraire vous donnent l’impression de « rebondir » dans du sable… Vous en profiterez également pour quantifier la dépense énergétique ; si elles nécessitent par exemple davantage d’énergie pour maintenir une cadence à 180 ppm ou au contraire nettement moins.
  2. Chaussez votre première paire de chaussure, effectuez une trentaine de bondissements sur place à 180 ppm tout en les comparant à ceux que vous avez effectués pieds nus. Il est essentiel que vous gardiez une cadence identique à chaque test.
  3. Puis chaussez votre seconde paire, et ainsi de suite…
  4. Vous pouvez également reproduire ce test en employant une corde à sauter. L’objectif étant de percevoir l’amortissement et le retour élastique de la chaussure à chaque prise d’appui, qui ici s’effectue avant-pied.

Reste à classer vos chaussures selon qu’elles « dopent », oups, nous voulions dire qu’elles dynamisent ou non vos appuis. Sachant qu’il est plus utile de développer la qualité de ses appuis* que d’employer des artifices qui dépendent dans ce cas de figure de ses mollets. Avoir du pied cela s’apprend ! N’oubliez pas la technologie est en nous pas dans la chaussure…

Vous compléterez cette première analyse par un test sur une piste d’athlétisme. Revenons pour cela quelques années en arrière lors du salon de l’UTMB. Un coureur souhaitait savoir si ses chaussures influençaient sa foulée. Alors plutôt qu’un long discours, nous allâmes ensemble sur la piste d’athlétisme de Chamonix munis des deux paires de chaussures qu’il voulait comparer. Il commença par un test de flexion/extension sur une jambe pour évaluer l’influence de ses chaussures sur son équilibre et sa stabilité. Test que nous avons évoqué dans un précédent article (cf. Courir sous influence ou la stabilité des chaussures –http://www.ultramag.fr/article/courir-sous-influence-ou-la-stabilitee-des-chaussures ). Puis il fit quatre tours de piste en courant.

Le premier tour pieds nus, le deuxième tour chaussé de sa première paire de running, le troisième tour chaussé de sa seconde paire, la plus épaisse, et le quatrième tour de nouveau pieds nus. Une fois le dernier tour effectué, son opinion était faite, l’une des paires lui donnait l’impression de s’enfoncer dans du sable et de devoir relancer à chaque foulée sans aucun retour élastique. Il savait quelle paire il ne porterait plus tant elle diminuait la réactivité et la stabilité de ses appuis, et augmentait le travail musculaire.
Qu’en est-il de vos chaussures ?

Lire l’article sur Ultramag.fr