S’initier à la course avant-pied

Frédéric Brigaud – Entretien réalisé par Marie Paturel,
Jogging International n°373, 
oct 2015 – Extrait

La mouvance minimaliste prône une prise d’appui par l’avant du pied, gestuelle beaucoup plus naturelle d’après les partisans du barefoot. Mais attention, la transition vers ce type de foulée nécessite technique et progressivité.

«Il faut avoir conscience que courir avec une prise d’appui avant-pied sollicite différemment le corps et, de fait, requiert une tout autre musculature », expliqueFrédéric Brigaud, consultant en biomécanique humaine et sportive.Courir en prenant d’abord appui sur le talon ne permet pas unamortissement optimal : une forte onde de choc se propage depuis les talons jusqu’à la colonne vertébrale. A contrario, une prise d’appui avant-pied « permet d’atterrir en douceur grâce à l’utilisation du mollet, amortisseur naturel, et du pied comme bras de levier supplémentaire ».

Poser l’arche antérieure du pied

Pour réduire les contraintes, une technique précise doit être adoptée. « D’une part, il faut apprendre à poser le pied par l’arche antérieure (tête des métatarsiens) et non au niveau de la pointe du pied comme on pourrait le croire ; puis on laisse descendre le talon jusqu’à ce qu’il vienne effleurer le sol. D’autre part, il faut légèrement incliner vers l’avant l’ensemble du corps, les épaules venant se placer à l’aplomb de l’arche antérieure du pied. » Enfin, une cadence de foulée élevée, de l’ordre de 180 pas par minute,…

Pour aller plus loin :