Repenser l’équitation disponible en librairie

Le temps de la lecture équestre est venu ! Quoi de mieux qu’un palindrome numérique comme date de sortie 12/02/2021 (1202-2021). 320 pages, 107 figures et 18 vidéos pour illustrer nos propos.

Nous débutons l’ouvrage en citant Albert Jacquard, car il exprime l’état d’esprit que fût le nôtre tout au long de cette réflexion.

« Un échange d’idées, ce n’est pas le fruit d’un travail. Si bien que notre civilisation actuelle nous fait croire que les seuls biens à échanger sont les seuls biens que l’on a produits. Non, les vrais biens à échanger sont des idées […] c’est tellement plus important. […] Quand on aura échangé nos idées entre nous, nous aurons chacun deux idées, chacun trois idées, chacun mille idées… Tandis que j’ai un kilo de pommes, vous avez un kilo de cerises, on échange, à la sortie on a toujours le même nombre de pommes et de cerises. L’échange des biens matériels est un échange qui ne produit pas, alors que l’échange des idées est un échange qui produit. On est loin du travail, on est en pleine civilisation. »
Interview d’Albert Jacquard – L’avenir du travail, Production c’est arrivé près de chez nous, 1999

Continuer la lecture de « Repenser l’équitation disponible en librairie »

Repenser l’équitation, un cheminement

L’équitation se résumait pour moi, à l’inverse de Joséphine (coauteure), à seulement quelques promenades et randonnées à dos de cheval sans rien savoir de sa locomotion, ni de la posture ou de la gestuelle du cavalier. Je n’imaginais pas le cheminement par lequel nous allions devoir passer pour mieux cerner les tenants et les aboutissants de cette pratique et le temps que cela allait nous prendre (6 ans). Au fur et à mesure que nous avancions, il est devenu évident que nous ne pouvions étudier la posture et la gestuelle du cavalier sans étudier la locomotion du cheval. Les outils actuels que sont la vidéo et le Slowmotion sont un régal pour les curieux que nous sommes.

À force de regarder 1001 galops et trots de chevaux à l’état naturel ou montés, un patron de course s’est dessiné, révélant les contraintes auxquelles le cavalier et le cheval sont soumis. Pour comprendre la locomotion du cheval, il a fallu étudier en parallèle celle du chat, du chien, du guépard, du rhinocéros, de la girafe… Il existe tellement de vidéos de ces différents mammifères accessibles sur internet que je ne manquais pas de matière. Ce fut pour moi un réel émerveillement que de voir apparaître progressivement les nuances de leur locomotion. Ou encore le fait que, selon qu’ils sont onguligrades ou digitigrades, ils emploient différemment leur squelette pour amortir la force de réaction au sol.

Sans le confinement, nous n’aurions pas pu terminer la rédaction de cet ouvrage, et peut-être même que nous n’aurions jamais pu le terminer. Ce confinement m’a permis d’arrêter de rebondir sur une multitude de sujets et d’accepter le fait qu’il n’est pas humainement possible de traiter tous les sujets, enfin en ce qui me concerne. Alors j’ai repris le temps de l’analyse, de l’échange… le temps d’aller en profondeur chaque fois que cela était nécessaire pour comprendre une notion, un mouvement, une posture, un geste, une contrainte… Poser une question, écouter la réponse, la reposer sous un angle différent, laisser quelques jours passer, et recommencer pour éclaircir chaque zone d’ombre et cerner son contexte.

Cette réflexion est le fruit de la somme de nos expériences, de nos compétences et de notre curiosité dont les effets furent bien au-delà de ce que nous avions imaginé. Si c’était à refaire, je recommencerai.
Fred Brigaud, Casablanca, 4 juin 2020
Extrait de la conclusion de l’ouvrage

Pour aller plus loin