LA CHAUSSURE DOIT-ELLE TENIR AU PIED OU TENIR LE PIED ?

Frédéric Brigaud, Février 2016, Ultramag.fr

BIOMÉCANIQUE – PIED | CHAUSSURE ET CONTRAINTES DANS LE PIED
JUSTE UN PETIT MOT DE DIFFÉRENCE, « AU » OU « LE », MAIS UNE GROSSE DIFFÉRENCE SUR LE TERRAIN : LA MÊME QU’ENTRE L’ACCOMPAGNEMENT OU LA CONTRAINTE. PETITE AIDE SUR LA MANIÈRE DE CHOISIR UNE CHAUSSURE.

Le pied est une structure malléable dans laquelle l’ensemble des os se mobilisent les uns par rapport aux autres en fonction de l’appui que l’on produit et de la surface sur laquelle on le pose. Le pied se creuse ou s’aplatit ainsi en un instant en fonction du degré de torsion entre l’avant-pied et l’arrière-pied, pendant que l’arche antérieure se moule à la forme du terrain.
Rappelons que l’évolution du degré de torsion fait varier instantanément la hauteur et la longueur du pied (fig.1). La hauteur du pied au niveau de l’arche interne, cou-de-pied, varie pour une pointure 43 de 1,1 cm (+ ou – 3 mm).

Dès lors, si le laçage bloque une partie du pied pendant que l’autre se mobilise, l’articulation ou les articulations reliant les deux parties seront mises en souffrance avec un risque de blocage d’une ou de plusieurs pièces osseuses composant le pied ; le plus souvent au niveau de l’interligne articulaire de Chopart ou de Lisfranc, avec un blocage du naviculaire (scaphoïde) ou du cuboïde (fig.2).

Retenez que le laçage ne doit pas écraser le pied contre la semelle et limiter ses mouvements. Des éléments dont il faut tenir compte également lors de l’achat d’une paire de chaussure car celle-ci ne doit en aucun cas altérer la biomécanique du pied !

Biomécanique du pied et mécanisme et torsion

Lire l’article sur Ultramag.fr