Courir sous influence ou la stabilité des chaussures


fev 2016



Par Frédéric Brigaud - Ultramag.fr

TEST – CHAUSSURE | TROIS TESTS POUR COMPRENDRE LA STABILITÉ D’UNE PAIRE DE RUNNINGS
DU DISCOURS COMMERCIAL D’UNE MARQUE DE CHAUSSURES DE COURSE À PIED À LA RÉALITÉ DU TERRAIN, IL PEUT Y AVOIR UN GOUFFRE. TROIS PETITS TESTS PEUVENT VOUS PERMETTRE D’EN SAVOIR UN PEU PLUS SUR LA STABILITÉ, ARGUMENT-PHARE AVANCÉ PAR LES MARQUES.

 

Les marques vantent l’apport technique de leurs chaussures. Stabilité, amorti… À les entendre chaque nouvelle paire révolutionne le monde de la course à pied. À croire que les consommateurs sont totalement dénués de toute réflexion pour ne pas dire décérébrés. Alors testons ensemble la stabilité de nos chaussures… Un test que vous pourrez reproduire en magasin lors de votre prochain achat. La stabilité étant pour certaines marques un véritable fer de lance !

Sortez du placard toutes vos chaussures de running et classez-les en fonction de leur épaisseur. Car je vous propose de les tester de la plus fine à la plus épaisse. Les amateurs des chaussures maximalistes risquent d’être surpris… ou pas. Attention nous allons faire appel à votre ressenti corporel alors restez concentré et un tant soit peu introspectif.

Afin de ne pas vous prendre à froid, surtout si vous étiez assis depuis un petit moment, courez sur place cinq minutes puis faites quelques pas chassés. Maintenant que vous êtes « chaud », vous allez pouvoir tester l’influence des chaussures sur votre stabilité. Vous répéterez l’opération autant de fois que vous avez de chaussures, enfin tout dépend le temps que vous souhaitez y consacrer.
Un test à faire chez vous sur un sol dur, du carrelage de préférence.

1. Pieds nus, les bras croisés au niveau des épaules et les pieds parallèles. Mettez-vous en équilibre sur la jambe droite et effectuez 10 mouvements de flexion/extension puis faites de même en appui sur la jambe gauche. Evaluez alors la facilité ou la difficulté avec laquelle vous parvenez à tenir en équilibre sur une jambe. Ce niveau d’équilibre et de stabilité pieds nus sera votre référentiel à partir duquel vous évaluerez l’influence de vos différentes chaussures. Ces capacités pouvant être améliorées ou au contraire altérées par le port des chaussures. Par ailleurs, vous risquez lors de ce test de percevoir une différence notable entre la jambe droite et la jambe gauche. Une asymétrie qu’il vous faudra bien sûr travailler. (cf. article ''Agir ou laisser faire le hasard'').

2. Afin de relâcher les tensions consécutives à la réalisation du test, courez quelques instants sur place avant de chausser votre première paire de running, la plus fine. Puis effectuez le test de flexion/extension, les bras croisés, et évaluez l’influence de cette chaussure sur votre équilibre et votre stabilité.

3. Une fois ceci fait déchaussez-vous, courez sur place une minute puis chaussez votre seconde paire. Reproduisez le test et évaluez l’influence de cette paire sur votre équilibre et votre stabilité. Et ainsi de suite jusqu’à arriver à votre paire la plus épaisse. Vous terminerez cette succession de tests par de nouveau un test pieds nus.

Plusieurs résultats sont possibles : 
• Je suis plus équilibré et stable pieds nus
• La chaussure améliore mon équilibre et ma stabilité
• La chaussure me déséquilibre et me rend instable
• Plus la chaussure est épaisse plus je suis instable
• ...

Comment puis-je interpréter ces résultats ?
La chaussure augmente votre stabilité. Elle est donc comparable à une cale ou à un tuteur que l’on place entre le sol et le pied pour pallier des déficits musculaires. Dès lors, ce n’est plus une chaussure mais une orthèse ! Puisque selon le Larousse une « orthèse est un appareil orthopédique destiné à soutenir une fonction locomotrice déficiente et fixé contre la partie atteinte (attelle, gouttière, corset, plâtre, etc.) » Et là en l’occurrence la partie atteinte serait le pied et la jambe… Est-ce le cas ? Avez-vous réellement besoin d’une orthèse ? Il est vrai que si le commerçant vous dit, « Comment vous sentez-vous dans ces nouvelles orthèses ? » C’est tout de suite moins attrayant, et pourtant… Une chaussure qui augmente votre stabilité est comparable à un plâtre que l’on porte pour maintenir une articulation ; les muscles qui contrôlent alors ses mouvements s’atrophient puisqu’ils ne sont plus sollicités. À vous de voir !

Deuxième possibilité, la chaussure augmente l’instabilité. C’est inquiétant car elle altère votre équilibre avec les risques que vous imaginez. Risques exacerbés si le terrain sur lequel vous courez est chaotique, comme ceux que l’on rencontre souvent en trail. La chaussure n’a pas pour objectif de créer des instabilités contre lesquelles nous devrions lutter.

Troisième possibilité, cela ne change rien ! J’ai un niveau d’équilibre et de stabilité semblable pieds nus ou chaussés. Cette chaussure n’altère pas la biomécanique du pied et de la jambe ni ne compense mes défauts. Reste alors à travailler ma stabilité et mon équilibre s’ils ne sont pas adaptés. Retenez que le meilleur niveau de stabilité devrait être pieds nus et que la chaussure ne doit ni augmenter ni diminuer ces capacités.

La technologie est dans notre corps, pas dans la chaussure !

À vous de jouer.
Et à bientôt pour d’autres tests.


 Lire l'article sur Ultramag.fr

 

Pour aller plus loin :

 

Frédéric Brigaud

Ostéopathe.DO, consultant en biomécanique humaine, concepteur des principes posturo-dynamique d'Empilement Articulaire Dynamique. Auteur de plusieurs ouvrages sur la marche, la course, la posture et le pied ; Guide de la foulée, Corriger le pied sans semelle, La course à pied - Posture, biomécanique, performance, Améliorer sa posture …