COURIR LE MAROC ! OBJECTIF 30 MARATHONS, 30 JOURS, 30 VILLES…

Frédéric Brigaud, Ultramag.fr, Juin 2015

SPORT – COURSE A PIED | DÉFI

C’EST LE DÉFI QUE SOUHAITE RELEVER DURANT LE MOIS DE SEPTEMBRE TARIK EL MLIH, COUREUR AMATEUR ÂGÉ DE 39 ANS. UN AMATEUR TRÈS PROFESSIONNEL, PASSIONNÉ PAR LA NOTION DE SPORT/SANTÉ. RENCONTRE AU CŒUR DE CASABLANCA À UN MOIS DE SON CHALLENGE.

D’une démarche franche et dynamique, le corps affuté et le sourire aux lèvres, il me sert la main avec douceur et fermeté. Sitôt assis, une première question me vient spontanément et qui ne saurait vous surprendre… « Face à un tel défi, quelle technique de prise d’appui emploies-tu ? » Sans détour il répond : « Une prise d’appui avant-pied », comme une évidence.

Fred Brigaud : ‘’Est-ce qu’il en a toujours été ainsi ?’’
Tarik El Mlih : ‘’Non, j’ai changé de technique il y a presque deux ans et demi maintenant car j’avais beaucoup de blessures au niveau des mollets. En lisant Born to Run, j’ai fait le parallèle entre les blessures que l’on ne parvenait pas à soigner et celles que l’auteur a fait disparaitre en se mettant à courir avant-pied et pieds nus. Pourquoi ne pas essayer ? J’ai donc commencé à courir pieds nus, en chaussettes, et sur l’avant-pied. Cela a été difficile au départ parce que toute la gestuelle doit changer, on est moins à l’aise, on ne retrouve plus sa zone de confort. La technique change également, avec une fréquence de pas plus élevée, des foulées plus petites… Ce qu’il y a de surprenant c’est l’évolution progressive de la physionomie des muscles ; les quadris, les ischios, les mollets… des muscles plus fins, plus longilignes, mais également une diminution du volume des quadriceps et un renforcement de la partie basse de mes abdominaux. Voilà ce que j’ai pu remarquer. En neuf mois je suis passé d’une technique à l’autre, avec la sensation d’être plus fluide dans le mouvement, plus à l’aise, et de produire moins d’effort. Maintenant, je me penche un petit peu en avant et c’est parti ! J’ai juste à maintenir l’équilibre.’’

FB : ‘’Aurais-tu des conseils à donner à ce sujet ?’’
TEM : ‘’Il faut marcher pieds nus pour développer ses sensations, reconnecter notre corps à la nature. J’ajouterai qu’il ne faut pas oublier le haut du corps. Je me sens plus rapide dès que je balance les bras. Le mouvement global du corps est alors plus fluide, plus efficace. Tu cours en harmonie, le haut et le bas étant connectés. Tu peux améliorer facilement la VMA en employant correctement le haut du corps ! Ainsi on ne le traine plus, il avance en symbiose.’’

FB : ‘Quand as-tu commencé à courir ?’’
TEM : ‘’J’ai couru mon premier marathon en 2005. Avant, la course à pied c’était pour garder la forme sans autre objectif, car je pratiquais le karaté’’ (22 ans de karaté, ceinture noire, deuxième Dan).

FB : ‘’As-tu participé à des compétitions?’’
TEM : ’’Je dirai une vingtaine de marathons : Paris, Rotterdam,… mais également les 100 km de Millau en 2013 (22ème) avec une prise d’appui avant-pied alors que tout le monde me disait qu’il ne fallait pas courir ainsi. Cette année, dans le cadre de ma préparation, j’ai couru différents Trails au Maroc : le Morocco Tizi’n Trail (4ème | 2015) où j’ai eu le plaisir de courir au côté de Nathalie Mauclair, le Trans Atlas Marathon , 300 km et 16 cols dont 6 à plus de 3500, le plus haut s’élevant à 4067m (le col de Ait Boug Maz), une course en autosuffisance alimentaire (13ème|2015), et la Nomads’run, 56km dans le désert (5ème | 2015).’’

FB : ‘’Pourquoi un tel challenge ? »
TEM : ‘’Je cours pour une cause nationale, la lutte contre le cancer. C’est un projet avant tout humain motivé par mon histoire personnelle.  J’ai vécu avec mon défunt père du début de sa maladie jusqu’à sa mort, il souffrait d’un cancer du sang (Leucémie). La maladie l’a emporté en moins de deux ans. Mon père n’était pas sportif et fumait, il ne prenait pas soin de son corps. De là m’est venue l’idée d’un challenge sportif pour inciter les gens à se bouger pour leur santé. Leur montrer que rien n’est impossible. J’ai l’honneur d’être parrainé par la fondation Lalla Sallma dans le cadre de la lutte contre le cancer dont le slogan est « Bougeons contre le cancer », quoi de plus parlant.’’

FB : ‘’Comment est venue l’idée de ce challenge ?’’
TEM : ‘’Une idée farfelue ! Avec un ami nous nous sommes dit que nous étions des nomades, donc traversons l’Atlas à pied du nord au sud, soit 1000 km environ. Seulement marcher ne marque pas beaucoup les esprits. Alors pourquoi ne pas courir cette distance différemment et toucher un maximum de personnes. Un triptyque original, 30 marathons (1260 km) en 30 jours en traversant 30 villes ! Et ainsi traverser tout le Maroc. De quoi mobiliser et communiquer’’

FB : ‘’Que redoutes-tu le plus ?’’
TEM : ‘’Que les gens ne comprennent pas le projet, les valeurs humaines et sportives qu’il véhicule. Je souhaite leur montrer qu’un amateur peut courir une telle distance, qu’il n’est pas nécessaire d’être un sportif professionnel, et ainsi pousser les gens à bouger. Les inciter à changer leur façon de vivre, à faire du sport. Mais également les pousser à réaliser leurs rêves et ne pas passer à côté de leur vie ! Rien ne me dit que je parviendrai au bout du challenge car on vit dans un monde sans assurance, mais je vais faire mon maximum !’’

FB : ‘’Que penses-tu découvrir et apprendre ?’’
TEM : ’’Je vais voir mon pays d’un autre œil, rencontrer des gens, j’espère qu’ils seront nombreux à venir courir avec moi, 1km ou plus… Je vais découvrir comment mon corps réagit face à cet effort. Comment évoluera ma gestuelle. Je me demande aussi quelles seront mes pensées, ce que j’apprendrais de moi-même, et quels ‘verrous’ sauteront.’’

FB : ‘’Que souhaites-tu à l’issue de ce challenge ?’’
TEM : ‘’J’espère laisser une empreinte humaine et sportive, faire ressentir que nous sommes tous identiques avec les mêmes possibilités, doutes, aspirations, appréhensions. Qu’il est possible d’être en bonne santé et heureux !’’

FB : ’’Une dernière question, songes-tu déjà à d’autres défis ?’’
TEM : ‘’Courir l’année prochaine 100 km par jour pendant 10 jours… Et au printemps courir 24h non stop.’’

Le rendez-vous est pris pour suivre le parcours de Tarik, du 5 septembre au 4 octobre.
Dakhalla (deux marathons), Layounn (deux marathons), Tantan, Tiznit, Agadir, Essaouira, Marrakech, Safi, Eljadida, Settat, Khouribga, Benimellal, khenifra, Ifran, Meknes, Fes, Taza, Oujda, Saidia, Alhocima, Nador, Tetouan, Tanger, Asilah, Chefchaoun, Kenitra, Rabat, Casablanca. Chaque jour il sera déposé à 42,195 km de la ville qu’il doit rallier. Reste alors à les parcourir…
https://www.facebook.com/LeMarocEnCourant

Lire l’article sur Ultramag.fr